top of page

Ewigo s'introduit sur le marché des services d'entretien avec Ewiglass par le Journal de L'automobile.


Florent Barboteau, fondateur de la franchise Ewigo, se lance dans un projet parallèle. Après s'être développé dans la revente de voitures d'occasion entre particuliers, il présente Ewiglass. Cette enseigne dédiée au marché du vitrage lui permet d'ouvrir le chapitre du commerce après-vente.


L'intermédiation sur le marché des voitures d'occasion entre particuliers ne sera plus le seul sujet de Florent Barboteau. Profitant du récent salon de la Franchise, en mars 2024 à Paris, le fondateur d'Ewigo a présenté Ewiglass. Ainsi, il se lance dans l'activité de vitrage automobile.

 

L'idée a germé un an auparavant au même endroit. "Après avoir gouté à l'entrepreunariat, nos franchisés ont manifesté l'envie d'aller plus loin dans leurs investissements, commente Florent Barboteau. Ils voulaient se diversifier tout en ayant la possibilité de créer des synergies avec la vente de voitures d'occasion".



La réparation de vitres et pare-brises s'est rapidement imposée dans le débat. N'estimant pas trouver de partenaire en ligne avec ses exigences, Florent Barboteau a pris une autre orientation. Il s'est associé avec Vincent Malfoy et Anthony Petitprez, le duo de franchisés Ewigo de Bordeaux-Eysines, pour fonder l'entité Ewiglass, dont il est actionnaire majoritaire.

 

Après une période de pilotage, quatre centres Ewiglass ouvriront en avril 2024. Des panneaux ont été accordés à deux membres du réseau Ewigo, à Fréjus (83) et Saumur (49). Deux autres à des investisseurs extérieurs, à Evreux (27) et Lorient (56). "Une dizaine de dossiers supplémentaires sont à l'étude. Dans tous les cas, nous donnerons toujours la priorité à un partenaire de la vente de voitures", explique Florent Barboteau qui vise une trentaine de sites à fin 2024.

 

L'accent sur les calibrages Adas

 

Comme prérequis, Ewiglass exige des emplacements sur des zones de chalandise regroupant 40 000 habitants de sorte à assurer du passage. Les structures doivent abriter un minimum de 50 m2, afin d'avoir au moins 35 m2 pour l'espace d'intervention. Les investisseurs consacreront un budget supérieur à 60 000 euros pour démarrer l'activité, dont 9 000 euros de droit d’entrée.

 

En pratique, la formule de la licence de marque a été retenue. Ewiglass impose à ce titre une redevance mensuelle de 200 euros, durant la première année. Une somme qui financera la communication. L'enseigne se rémunère ensuite avec 5 % du chiffre d’affaires mensuel de chaque agence, sur la base de 800 euros HT minimum.

 

 Durant la phase de test, les Bordelais ont pu constater que plus de la moitié des entrées chez Ewiglass découlait des activités d'Ewigo. Cette complémentarité constituera un pilier. D'autant que pour maximiser la rentabilité des prestations, l'enseigne n'a pas souhaité signer d'agréments avec des assureurs, quitte à devoir faire plus d'efforts pour générer du trafic.

 

Parmi les spécificités, Ewiglass met l'accent sur les technologies Adas. Florent Barboteau a fait le constat qu'une part relativement faible des centres de réparation de vitrage sont équipés pour recalibrer les Adas après les travaux. Une réalité qui l'a d'ailleurs éloigné de l'idée d'un partenariat au départ du projet. Le dirigeant d'Ewiglass a pris ses dispositions pour former le réseau naissant et veut en faire un argument marketing.




15 vues0 commentaire

Comments


bottom of page