top of page

Le réseau Ewigo se lance dans le vitrage avec sa nouvelle enseigne Ewiglass par L'argus


Fondée il y a dix ans, l’agence Ewigo, spécialisée dans l’achat-vente de voitures d’occasion, a démarré le déploiement de son enseigne spécialisée dans le vitrage. Les dirigeants visent une trentaine de franchisés Ewiglass en France d’ici à la fin de l’année 2024.


Arrivé en 2014 sur le marché de la vente de voitures d’occasion à particuliers, le réseau d’agences Ewigo ajoute une nouvelle corde à son arc avec son enseigne Ewiglass. Spécialisée dans « la fourniture de services de réparation et de remplacement de vitrage automobile », celle-ci s’adresse aux franchisés Ewigo en quête de diversification mais également à des entrepreneurs extérieurs, pour qui le vitrage pourra devenir la seule activité. « Nous échangeons avec des porteurs de projet qui veulent rejoindre Ewiglass mais qui ne désirent pas se développer avec Ewigo » informe Florent Barboteau, fondateur du réseau Ewigo et cofondateur d’Ewiglass aux côtés de Vincent Malfoy et Anthony Petitprez. Pour que le nouveau concept fonctionne, la société a défini une implantation dans un bassin de 40 000 habitants. Sur le plan structurel, elle exige une surface allant de 50 m2 (15 m2 pour l’accueil client et 35 m2 pour l’atelier) jusqu’à 100 m2 pour développer l’activité de vitrage.


Le réseau, qui a opté pour la licence de marque, réclame un droit d’entrée de 9 000 € et une redevance de 200 € par mois pour la communication la première année. Les royalties correspondant à 5 % du chiffre d’affaires (avec un minimum de 800 € HT/mois). L’investissement global s’élève à 65 000 €. « Nous évaluons le seuil de rentabilité de l’activité à un pare-brise par jour, sachant qu’un technicien peut en réaliser quatre par jour en moyenne », détaille Florent Barboteau. Et de préciser : « Nous avons d’ailleurs pris le parti de ne pas être agréés par les assurances. Un tel accord apporte certes du flux, mais il diminue également fortement les marges. »


La fin des cadeaux chez les acteurs de l’après-vente

Selon le dirigeant, un technicien suffit pour assurer la gestion du centre Ewiglass si celui-ci est adossé à une agence Ewigo. « Aujourd’hui, nous rencontrons davantage de difficultés à recruter des bons commerciaux pour rejoindre le réseau Ewigo qu'à rallier des techniciens pour accompagner le déploiement d’Ewiglass », observe le cofondateur. La société rapporte qu’une dizaine de centres sont en cours d’ouverture et que des discussions ont été engagées avec une vingtaine d’autres agents. Le réseau vise une trentaine de sites Ewiglass à la fin de l’année 2024.


Dans la plaquette de présentation, les dirigeants évaluent le marché du vitrage automobile à 1,5 milliard d’euros par an en France. « Il s’agit de plus d’un marché qui connaît de fortes mutations », soulève Florent Barboteau. Qui poursuit : « En France, environ 20 % des centres seulement sont équipés pour intervenir sur les systèmes d’aide à la conduite (Adas), ce qui est assez surprenant sachant que deux remplacements de pare-brise sur quatre nécessitent un recalibrage des Adas. Par ailleurs, la loi Hamon va mettre un terme à cette pratique de surenchères de cadeaux offerts aux consommateurs, qui est très fréquente dans le domaine de l’après-vente automobile et du vitrage en particulier. Cela va faire bizarre à certains acteurs du secteur, qui ont bâti leur business model sur ce système. » Le réseau Ewiglass informe que l’ensemble de ses centres sera équipé pour intervenir sur les systèmes Adas.




16 vues0 commentaire

Comments


bottom of page